Catégories
Non classé

Lecture computationnelle et inventaires sommaires

Jusqu’à aujourd’hui, l’histoire de la forêt a été essentiellement faite en mobilisant les archives des Eaux et Forêts de France, l’institution royale dédiée à l’administration et à la justice des forêts du roi, des ecclésiastiques et des communautés d’habitants. Cette production historique a été facilitée par le regroupement des sources produites par l’institution forestière dans les sous-séries 2B des archives départementales.

Pourtant, cette approche n’est pas sans poser problème : dans la mesure où la nature de l’institution forestière est avant tout judiciaire, ses archives présentent essentiellement les interactions entre les hommes et l’environnement sous l’angle du délit. Ce biais est préjudiciable à la compréhension de ces mêmes interactions puisqu’elles ne donnent que le point de vu de l’institution et passent sous silence ceux des multiples acteurs incriminés – les communautés, les particuliers, les artisans, les séditieux etc. Pour écrire une autre histoire des pratiques et des usages forestiers des habitant.es de l’époque moderne, il faut donc mobiliser d’autres archives et faire un pas de côté.