Catégories
Projet de recherche

Les violences en forêt sont-elles une permanence historique ?

La genèse des réflexions suivantes est née à la lecture d’un article de Reporterre sur le décès d’un activiste écologiste « mort mercredi 19 septembre dans la forêt de Hambach pendant son évacuation par la police allemande ». Lui et les siens tentaient depuis six ans d’empêcher l’énergéticien RWE de détruire une forêt pour y étendre une mine de charbon à ciel ouvert. 

Cette lecture m’a immédiatement fait penser au décès de Rémi Fraisse, décédé en octobre 2014 dans la forêt de Sivens. Or, Sivens comme Hambach ou Notre-Dame-des-Landes, sont des Zones À Défendre (ZAD), c’est-à-dire des formes d’occupation de l’espace rural destinées à s’opposer à un projet d’aménagement. Surtout, toutes ces ZAD prennent plus ou moins place dans l’univers forestier. Or, il se trouve que les archives de la forêt de Sivens (XIIIe-XVIIe siècle) ont fait partie de mes sources de doctorat : impossible donc de ne pas céder à la tentation de la comparaison. Surtout lorsque mes sources foisonnent d’affrontements entre gardes forestiers, représentants de la puissance publique, et les  populations locales.