Catégories
Ressentis

Arpenter la forêt au prisme des émotions : le martelage #2

“On martèle mal lorsqu’il pleut” : prononcée par le propriétaire des lieux, propriétaire forestier de son état, cette phrase servit d’augure pour ce martelage ariégeois pensé la veille au soir sous la pluie, commencé le lendemain dans la brume du petit jour et achevé en milieu d’après-midi sous l’orage.

À l’image de mon premier billet sur le sujet, je vais ici revenir sur mes ressentis de l’univers forestier et sur les émotions qui s’en dégagent, tout en m’interrogerant sur les similitudes de l’opération entre le XVIIe siècle et maintenant. A postériori, se rendre en forêt, c’est bien s’introduire dans un univers mental qui conserve les noms et les usages ancestraux. C’est pour moi un curieux dédoublement : historien, je connais déjà un langage qui n’a pas évolué depuis le XVIIe siècle. Chablis, houppiers, fourchus ou débardage sont des éléments connus de mon imaginaire. Seulement, c’est la première fois que j’y suis concrètement confronté, que je dois les penser à l’aune d’un aspect physique et non plus intellectuel.