Catégories
Ressentis

Arpenter la forêt au prisme des émotions : le martelage #1

J’ai eu le plaisir l’autre jour d’écouter Caroline Muller expliquer l’importance des émotions dans sa pratique d’historienne. Chemin faisant, son intervention m’a fait prendre conscience d’un fait : je bannis inconsciemment de mon écriture tout ce qui a trait aux émotions pour mieux me concentrer sur l’analyse distanciée des faits. Or, il m’est impossible de travailler sur la forêt sans convoquer le ressenti ou l’émotion, sans les confronter à la lecture des sources ; ils sont en réalité un moteur majeur de la manière dont je perçois l’univers forestier. Pourquoi alors en proscrire l’utilisation ?

Cette réflexion aurait pu en rester là, mais il se trouve qu’une amie m’a invité hier soir à un martelage dans les Pyrénées. Je prends donc prétexte de cette invitation pour écrire un billet en deux temps sur cette pratique et sur sa survivance au-delà de l’Ancien Régime. Ce premier billet aura pour objet de revenir sur l’opération de martelage dans sa double dimension, physique et symbolique, ainsi que sur les ressentis de mon premier martelage ; le second sera “écrit sur le vif” afin de documenter la pratique.