Catégories
Ressentis

Arpenter la forêt au prisme des émotions : le martelage #2

“On martèle mal lorsqu’il pleut” : prononcée par le propriétaire des lieux, propriétaire forestier de son état, cette phrase servit d’augure pour ce martelage ariégeois pensé la veille au soir sous la pluie, commencé le lendemain dans la brume du petit jour et achevé en milieu d’après-midi sous l’orage.

À l’image de mon premier billet sur le sujet, je vais ici revenir sur mes ressentis de l’univers forestier et sur les émotions qui s’en dégagent, tout en m’interrogerant sur les similitudes de l’opération entre le XVIIe siècle et maintenant. A postériori, se rendre en forêt, c’est bien s’introduire dans un univers mental qui conserve les noms et les usages ancestraux. C’est pour moi un curieux dédoublement : historien, je connais déjà un langage qui n’a pas évolué depuis le XVIIe siècle. Chablis, houppiers, fourchus ou débardage sont des éléments connus de mon imaginaire. Seulement, c’est la première fois que j’y suis concrètement confronté, que je dois les penser à l’aune d’un aspect physique et non plus intellectuel.

Catégories
Ressentis

Qu’est-ce qu’une forêt ?

À quoi avez-vous pensé en lisant cette question ? À de hautes futaies dont les arbres s’élèvent vers le ciel ? À des taillis profonds, calmes et impénétrables qui ne laissent que faiblement passer la lumière ?

Si c’est le cas, vous avez eu raison de convoquer ces représentations : elles sont toutes fidèles à ce que notre imaginaire collectif représente comme une forêt. Une simple recherche sur un site de streaming pour vérifier les sons et musiques associés à cet objet ne fait que conforter cette représentation et les émotions qui y sont associées. Et que dire d’une recherche d’image sur un célèbre moteur de recherche ? Les photographies ne font que renforcer nos représentations en évoquant la magnificence, la puissance, l’élévation… mais aussi les angoisses, l’oppressions, les inquiétudes. Tout dépend de la photo, si elle présente une sylvie nimbée de lumières ou au contraire un bois baignant dans la pénombre.

Catégories
Ressentis

Arpenter la forêt au prisme des émotions : le martelage #1

J’ai eu le plaisir l’autre jour d’écouter Caroline Muller expliquer l’importance des émotions dans sa pratique d’historienne. Chemin faisant, son intervention m’a fait prendre conscience d’un fait : je bannis inconsciemment de mon écriture tout ce qui a trait aux émotions pour mieux me concentrer sur l’analyse distanciée des faits. Or, il m’est impossible de travailler sur la forêt sans convoquer le ressenti ou l’émotion, sans les confronter à la lecture des sources ; ils sont en réalité un moteur majeur de la manière dont je perçois l’univers forestier. Pourquoi alors en proscrire l’utilisation ?

Cette réflexion aurait pu en rester là, mais il se trouve qu’une amie m’a invité hier soir à un martelage dans les Pyrénées. Je prends donc prétexte de cette invitation pour écrire un billet en deux temps sur cette pratique et sur sa survivance au-delà de l’Ancien Régime. Ce premier billet aura pour objet de revenir sur l’opération de martelage dans sa double dimension, physique et symbolique, ainsi que sur les ressentis de mon premier martelage ; le second sera “écrit sur le vif” afin de documenter la pratique.