Catégories
Grande Réformation des Eaux & Forêts 1665/1673

Forêts françaises : le plan Colbert [L’Histoire]

Des forêts abîmées, en proie aux exactions des délinquants et dont on ne tire plus guère assez de bois pour fabriquer des navires : pour Louis XIV et Colbert, c’est l’opportunité de lancer une grande réforme de la gestion des forêts du royaume. C’est chose faite en 1661.

Toutes les sociétés ont, depuis l’Antiquité, fondé leurs techniques sur l’utilisation de l’eau et du bois. Les produits de la forêt fournissent la bûche et le charbon pour alimenter âtres et fours, le bois sert à confectionner l’aile du moulin, la roue à aube, les matériaux pour construire navires, bâtiments, meubles, ustensiles ou contenants. Les forêts ou sylves permettent en outre d’abriter les troupeaux, qui y trouvent aussi une subsistance de tous les instants. En bref, qu’ils soient urbains ou ruraux, les hommes et les femmes étaient tous étroitement dépendants de leur approvisionne- ment en fruits de la forêt.

Lire la suite sur le site de L’Histoire

 

 

Catégories
Édition des lettres de Froidour Grande Réformation des Eaux & Forêts 1665/1673

(R)Éditer des lettres déjà publiées au XIXe siècle

Le travail sur l’édition des lettres de Froidour est à présent entamé. En le lançant, je n’ai guère réfléchi à l’organisation du projet : j’ai essentiellement été porté par le désir de retravailler en historien après de trop longs mois passés hors du giron de Clio. Forcément, le travail est un brin désordonné : alors que j’ai entamé la transcription, l’aspect lassant de l’exercice m’a donné envie de commencer l’introduction scientifique.

Or, je n’ai pas pensé à prendre un exemple de publication de manuscrit pouvant me servir de maître-étalon, comme le Journalier de Jean Pussot maître-charpentier à Reims édité par Jérôme Buridant. Jour férié oblige, je suis donc contraint de ronger mon frein1. J’en profite pour brider mon enthousiasme et structurer mon projet en replaçant ces lettres de le contexte de leurs publications antérieures.

  1. Ce n’est qu’en écrivant ce billet que j’ai pensé à aller faire un tour sur Google Books, où j’ai trouvé ledit ouvrage disponoble…. []
Catégories
Édition des lettres de Froidour Grande Réformation des Eaux & Forêts 1665/1673

Éditer les lettres de Louis de Froidour

De Louis de Froidour, forestier réputé, l’historiographie a surtout retenu le rôle de commissaire réformateur de la Grande Réformation des Eaux et Forêts. Entre 1666 et 1673, ce voyageur infatigable a parcouru la Grande Maîtrise des Eaux et Forêts de Toulouse pour en visiter les forêts, rendre la justice et rénover l’administration des forêts. Est-ce tout ce qu’il convient d’en retenir ?

Non, bien au contraire : Louis de Froidour est un écrivain forcené qui a rédigé de longues épîtres à ses “compères” tout au long de ses expéditions. Monsieur de Medon, conseiller du roi en la sénéchaussée et siège présidial de Toulouse, Julien de Héricourt, conseiller du roi au siège présidial de Soissons et procureur du roi de la Grande Réformation ou encore Barillon Damoncourt, intendant de Picardie, ont ainsi reçu de sa part de longues lettres relatant ses voyages. Dans celles-ci, l’auteur relate ses visites forestières, ses pérégrinations dans une province dont il ne connaît ni les usages, ni la langue ou encore le percement du canal du Midi.

Catégories
Grande Réformation des Eaux & Forêts 1665/1673

“Compter les arbres” : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité

Je m’attendois que n’ayant jusqu’a present fait aucun voyage que dans vostre cabinet, parcourant un livre ou une carte de geographie, vous voudriez bien commencer à voyager en effet avec un voyageur et  un coureur de pays comme moy et avec une compagnie aussy charmante qu’estoit la nostre.

Louis de Froidour, Lettre I, 1667

Travailler sur la forêt, lorsque l’on est historien, revient à heurter les certitudes : non, étudier les sylves n’est pas l’apanage des seuls géographes et autres biologistes ; non, elle n’est pas un objet abstrait que nous ne saurions nous approprier faute de formation. Elle est, bien à rebours, une ressource primordiale pour les Hommes de l’Époque moderne, à l’instar du pétrole et de l’électricité de notre siècle ; en tant que telle, elle génère à son corps défendant tout un entrelace d’interactions complexes qui font d’elle l’enjeu de luttes impitoyables pour se l’approprier.

Communautés laïques, ecclésiastiques, nobles, particuliers… Tous ont en commun un féroce appétit pour le patrimoine ligneux. Une voracité que partage l’État monarchique, qui distingue dans le contrôle de la ressource sylvestre un moyen de s’implanter au plus près des populations les plus lointaines dans ce qu’elles ont de plus intime : leur rapport au bois. Ce sont ces interactions, entre sociétés et sylves, État et populations, forêts et individus, qui forment le cœur de ma thèse consacrée à la construction de l’État via le contrôle des étendues boisées dans l’espace méridional, tout au long de la première modernité.

Lire la suite sur Devenir Historien-ne

Il s’agit d’un billet publié initialement sur Devenir Historien-ne en avril 2014 et présentant le sujet de ma thèse de doctorat.

Icons made by iconixar from www.flaticon.com