Catégories
Non classé

Lecture computationnelle et inventaires sommaires

Jusqu’à aujourd’hui, l’histoire de la forêt a été essentiellement faite en mobilisant les archives des Eaux et Forêts de France, l’institution royale dédiée à l’administration et à la justice des forêts du roi, des ecclésiastiques et des communautés d’habitants. Cette production historique a été facilitée par le regroupement des sources produites par l’institution forestière dans les sous-séries 2B des archives départementales.

Pourtant, cette approche n’est pas sans poser problème : dans la mesure où la nature de l’institution forestière est avant tout judiciaire, ses archives présentent essentiellement les interactions entre les hommes et l’environnement sous l’angle du délit. Ce biais est préjudiciable à la compréhension de ces mêmes interactions puisqu’elles ne donnent que le point de vu de l’institution et passent sous silence ceux des multiples acteurs incriminés – les communautés, les particuliers, les artisans, les séditieux etc. Pour écrire une autre histoire des pratiques et des usages forestiers des habitant.es de l’époque moderne, il faut donc mobiliser d’autres archives et faire un pas de côté.

Catégories
Grande Réformation des Eaux & Forêts 1665/1673

Forêts françaises : le plan Colbert [L’Histoire]

Des forêts abîmées, en proie aux exactions des délinquants et dont on ne tire plus guère assez de bois pour fabriquer des navires : pour Louis XIV et Colbert, c’est l’opportunité de lancer une grande réforme de la gestion des forêts du royaume. C’est chose faite en 1661.

Toutes les sociétés ont, depuis l’Antiquité, fondé leurs techniques sur l’utilisation de l’eau et du bois. Les produits de la forêt fournissent la bûche et le charbon pour alimenter âtres et fours, le bois sert à confectionner l’aile du moulin, la roue à aube, les matériaux pour construire navires, bâtiments, meubles, ustensiles ou contenants. Les forêts ou sylves permettent en outre d’abriter les troupeaux, qui y trouvent aussi une subsistance de tous les instants. En bref, qu’ils soient urbains ou ruraux, les hommes et les femmes étaient tous étroitement dépendants de leur approvisionne- ment en fruits de la forêt.

Lire la suite sur le site de L’Histoire

 

 

Catégories
Projet de recherche

Les violences en forêt sont-elles une permanence historique ?

La genèse des réflexions suivantes est née à la lecture d’un article de Reporterre sur le décès d’un activiste écologiste « mort mercredi 19 septembre dans la forêt de Hambach pendant son évacuation par la police allemande ». Lui et les siens tentaient depuis six ans d’empêcher l’énergéticien RWE de détruire une forêt pour y étendre une mine de charbon à ciel ouvert. 

Cette lecture m’a immédiatement fait penser au décès de Rémi Fraisse, décédé en octobre 2014 dans la forêt de Sivens. Or, Sivens comme Hambach ou Notre-Dame-des-Landes, sont des Zones À Défendre (ZAD), c’est-à-dire des formes d’occupation de l’espace rural destinées à s’opposer à un projet d’aménagement. Surtout, toutes ces ZAD prennent plus ou moins place dans l’univers forestier. Or, il se trouve que les archives de la forêt de Sivens (XIIIe-XVIIe siècle) ont fait partie de mes sources de doctorat : impossible donc de ne pas céder à la tentation de la comparaison. Surtout lorsque mes sources foisonnent d’affrontements entre gardes forestiers, représentants de la puissance publique, et les  populations locales.

Catégories
Ressentis

Arpenter la forêt au prisme des émotions : le martelage #2

“On martèle mal lorsqu’il pleut” : prononcée par le propriétaire des lieux, propriétaire forestier de son état, cette phrase servit d’augure pour ce martelage ariégeois pensé la veille au soir sous la pluie, commencé le lendemain dans la brume du petit jour et achevé en milieu d’après-midi sous l’orage.

À l’image de mon premier billet sur le sujet, je vais ici revenir sur mes ressentis de l’univers forestier et sur les émotions qui s’en dégagent, tout en m’interrogerant sur les similitudes de l’opération entre le XVIIe siècle et maintenant. A postériori, se rendre en forêt, c’est bien s’introduire dans un univers mental qui conserve les noms et les usages ancestraux. C’est pour moi un curieux dédoublement : historien, je connais déjà un langage qui n’a pas évolué depuis le XVIIe siècle. Chablis, houppiers, fourchus ou débardage sont des éléments connus de mon imaginaire. Seulement, c’est la première fois que j’y suis concrètement confronté, que je dois les penser à l’aune d’un aspect physique et non plus intellectuel.

Catégories
Ressentis

Qu’est-ce qu’une forêt ?

À quoi avez-vous pensé en lisant cette question ? À de hautes futaies dont les arbres s’élèvent vers le ciel ? À des taillis profonds, calmes et impénétrables qui ne laissent que faiblement passer la lumière ?

Si c’est le cas, vous avez eu raison de convoquer ces représentations : elles sont toutes fidèles à ce que notre imaginaire collectif représente comme une forêt. Une simple recherche sur un site de streaming pour vérifier les sons et musiques associés à cet objet ne fait que conforter cette représentation et les émotions qui y sont associées. Et que dire d’une recherche d’image sur un célèbre moteur de recherche ? Les photographies ne font que renforcer nos représentations en évoquant la magnificence, la puissance, l’élévation… mais aussi les angoisses, l’oppressions, les inquiétudes. Tout dépend de la photo, si elle présente une sylvie nimbée de lumières ou au contraire un bois baignant dans la pénombre.

Catégories
Ressentis

Arpenter la forêt au prisme des émotions : le martelage #1

J’ai eu le plaisir l’autre jour d’écouter Caroline Muller expliquer l’importance des émotions dans sa pratique d’historienne. Chemin faisant, son intervention m’a fait prendre conscience d’un fait : je bannis inconsciemment de mon écriture tout ce qui a trait aux émotions pour mieux me concentrer sur l’analyse distanciée des faits. Or, il m’est impossible de travailler sur la forêt sans convoquer le ressenti ou l’émotion, sans les confronter à la lecture des sources ; ils sont en réalité un moteur majeur de la manière dont je perçois l’univers forestier. Pourquoi alors en proscrire l’utilisation ?

Cette réflexion aurait pu en rester là, mais il se trouve qu’une amie m’a invité hier soir à un martelage dans les Pyrénées. Je prends donc prétexte de cette invitation pour écrire un billet en deux temps sur cette pratique et sur sa survivance au-delà de l’Ancien Régime. Ce premier billet aura pour objet de revenir sur l’opération de martelage dans sa double dimension, physique et symbolique, ainsi que sur les ressentis de mon premier martelage ; le second sera “écrit sur le vif” afin de documenter la pratique.

Catégories
Restauration des Terrains en Montagne

Éditer les photographies de la Restauration des Terrains de Montagne (RTM)

Plus je regarde les photographies de la Restauration des Terrains de Montagne, plus je suis frappé par la démesure de ces travaux. Avec les moyens du XIXe siècle finissant, les forestiers des services RTM entreprennent de gigantesques – à l’échelle humaine – opérations destinées à réparer la montagne. Ils dressent des barrages, plantent des arbres, engazonnent les estives défrichées… et documentent leurs travaux en systématisant les prises de vues photographiques.

Dès qu’ils reviennent sur place, ils reprennent une photographie à partir du même point de vue. L’accumulation des clichés d’époques différentes donne naissance à de gigantesques fonds photographiques permettant d’étudier l’évolution diachronique des montagnes et des sociétés locales.

Catégories
Édition des lettres de Froidour Grande Réformation des Eaux & Forêts 1665/1673

(R)Éditer des lettres déjà publiées au XIXe siècle

Le travail sur l’édition des lettres de Froidour est à présent entamé. En le lançant, je n’ai guère réfléchi à l’organisation du projet : j’ai essentiellement été porté par le désir de retravailler en historien après de trop longs mois passés hors du giron de Clio. Forcément, le travail est un brin désordonné : alors que j’ai entamé la transcription, l’aspect lassant de l’exercice m’a donné envie de commencer l’introduction scientifique.

Or, je n’ai pas pensé à prendre un exemple de publication de manuscrit pouvant me servir de maître-étalon, comme le Journalier de Jean Pussot maître-charpentier à Reims édité par Jérôme Buridant. Jour férié oblige, je suis donc contraint de ronger mon frein1. J’en profite pour brider mon enthousiasme et structurer mon projet en replaçant ces lettres de le contexte de leurs publications antérieures.

  1. Ce n’est qu’en écrivant ce billet que j’ai pensé à aller faire un tour sur Google Books, où j’ai trouvé ledit ouvrage disponoble…. []
Catégories
Édition des lettres de Froidour Grande Réformation des Eaux & Forêts 1665/1673

Éditer les lettres de Louis de Froidour

De Louis de Froidour, forestier réputé, l’historiographie a surtout retenu le rôle de commissaire réformateur de la Grande Réformation des Eaux et Forêts. Entre 1666 et 1673, ce voyageur infatigable a parcouru la Grande Maîtrise des Eaux et Forêts de Toulouse pour en visiter les forêts, rendre la justice et rénover l’administration des forêts. Est-ce tout ce qu’il convient d’en retenir ?

Non, bien au contraire : Louis de Froidour est un écrivain forcené qui a rédigé de longues épîtres à ses “compères” tout au long de ses expéditions. Monsieur de Medon, conseiller du roi en la sénéchaussée et siège présidial de Toulouse, Julien de Héricourt, conseiller du roi au siège présidial de Soissons et procureur du roi de la Grande Réformation ou encore Barillon Damoncourt, intendant de Picardie, ont ainsi reçu de sa part de longues lettres relatant ses voyages. Dans celles-ci, l’auteur relate ses visites forestières, ses pérégrinations dans une province dont il ne connaît ni les usages, ni la langue ou encore le percement du canal du Midi.

Catégories
Restauration des Terrains en Montagne

Restaurer la montagne : un constat

« Les faits sont là qui établissent la valeur de nos procédés. Le sol rendu stable et reconstitué, l’aridité et la nudité des pentes disparaissant sous la végétation forestière et herbacée, le torrent boueux et menaçant changé en ruisseau inoffensif et même bienfaisant : voilà ce qu’a produit, dans mains endroits, l’application de la loi du 4 avril 1882. Partout, dans les régions soumises à l’application de la loi, apparaît l’efficacité des travaux de reboisement »

Direction générale des Eaux et Forêts, Restauration et conservation des terrains en montagne, Paris, Imprimerie Nationale, 1911, p. VIII)

Malgré leur âge, ces lignes rendent compte d’une réalité intemporelle : apprivoiser son environnement, le plier à sa main, sont autant de caractéristiques qui fondent nos sociétés. Dans notre anthropocène, nous faisons fi de Dame Nature, nous la soumettons à notre botte ; tout est acquis et rien ne nous menace plus. Ce faisant, nous oublions ce contre quoi nous nous battions : la crue, la submersion, l’avalanche, la lutte ancestrale de l’Homme face à son milieu.

Et quand de cruels évènements adviennent, nous sommes ébahis – souvenons-nous de la Faute-sur-Mer en 2010 ou des coulées de boues il y a quelques mois dans le Pays de Gex. Nous avons oublié le temps long et les efforts déployés pour maîtriser notre milieu : là aussi, c’est une autre caractéristique de nos sociétés.

Catégories
Grande Réformation des Eaux & Forêts 1665/1673

“Compter les arbres” : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité

Je m’attendois que n’ayant jusqu’a present fait aucun voyage que dans vostre cabinet, parcourant un livre ou une carte de geographie, vous voudriez bien commencer à voyager en effet avec un voyageur et  un coureur de pays comme moy et avec une compagnie aussy charmante qu’estoit la nostre.

Louis de Froidour, Lettre I, 1667

Travailler sur la forêt, lorsque l’on est historien, revient à heurter les certitudes : non, étudier les sylves n’est pas l’apanage des seuls géographes et autres biologistes ; non, elle n’est pas un objet abstrait que nous ne saurions nous approprier faute de formation. Elle est, bien à rebours, une ressource primordiale pour les Hommes de l’Époque moderne, à l’instar du pétrole et de l’électricité de notre siècle ; en tant que telle, elle génère à son corps défendant tout un entrelace d’interactions complexes qui font d’elle l’enjeu de luttes impitoyables pour se l’approprier.

Communautés laïques, ecclésiastiques, nobles, particuliers… Tous ont en commun un féroce appétit pour le patrimoine ligneux. Une voracité que partage l’État monarchique, qui distingue dans le contrôle de la ressource sylvestre un moyen de s’implanter au plus près des populations les plus lointaines dans ce qu’elles ont de plus intime : leur rapport au bois. Ce sont ces interactions, entre sociétés et sylves, État et populations, forêts et individus, qui forment le cœur de ma thèse consacrée à la construction de l’État via le contrôle des étendues boisées dans l’espace méridional, tout au long de la première modernité.

Lire la suite sur Devenir Historien-ne

Il s’agit d’un billet publié initialement sur Devenir Historien-ne en avril 2014 et présentant le sujet de ma thèse de doctorat.

Icons made by iconixar from www.flaticon.com