Éditer les lettres de Louis de Froidour

De Louis de Froidour, forestier réputé, l’historiographie a surtout retenu le rôle de commissaire réformateur de la Grande Réformation des Eaux et Forêts. Entre 1666 et 1673, ce voyageur infatigable a parcouru la Grande Maîtrise des Eaux et Forêts de Toulouse pour en visiter les forêts, rendre la justice et rénover l’administration des forêts. Est-ce tout ce qu’il convient d’en retenir ?

Non, bien au contraire : Louis de Froidour est un écrivain forcené qui a rédigé de longues épîtres à ses “compères” tout au long de ses expéditions. Monsieur de Medon, conseiller du roi en la sénéchaussée et siège présidial de Toulouse, Julien de Héricourt, conseiller du roi au siège présidial de Soissons et procureur du roi de la Grande Réformation ou encore Barillon Damoncourt, intendant de Picardie, ont ainsi reçu de sa part de longues lettres relatant ses voyages. Dans celles-ci, l’auteur relate ses visites forestières, ses pérégrinations dans une province dont il ne connaît ni les usages, ni la langue ou encore le percement du canal du Midi. Ses multiples témoignages offrent le point de vue d’un homme du Nord qui découvre de nouveaux pays – païs – à l’extrémité sud du royaume. Il y déploie un regard affuté qui peut être qualifié « d’ethnologique » et bien avant Stevenson et Arthur Young, il consigne méticuleusement ses périples qui l’amènent à arpenter l’espace méridional de la France à l’Espagne, du Rhône au royaume de Navarre :

Mon cher compère,

Je veux vous faire paraître par le soin que j’auray de vous rendre compte de temps en temps de tout ce que verray pendant mon voyage que je suis plus exact que vous ne pensez et que je suis devenu curieux au-delà de ce que vous pouvez vous l’imaginer. Vous le connoitrez assez par le détail que je vous feray de touttes choses avec tant de particularitez que vous demeurerez d’accord, qu’à moins d’estre tout à fait soigneux et appliqué à les remarquer, on ne pourrait pas vous les descrire de la manière dont je me prometz de le faire1.

Alors que j’entreprends d’en faire l’édition, je détaillerai ce processus sur ce carnet.

Crédits image à la Une : CC Sébastien Poublanc, détail du manuscrit Rés MS C 643 BEP Toulouse et crédits image d’entrée : CC Pixabay Ashreila

  1. CASTÉRAN Paul de, Lettres écrites par M. de Froidour, grand maître enquêteur et général informateur des Eaux et Forêts au département de la grande maîtrise de Languedoc à M. de Hericourt, son procureur général à Toulouse et à M. de Medon, conseiller au présidial de Toulouse, publiées avec des notes par M. Paul de Casteran, Auch, Imprimerie et lithographie G. Foix, 1899, p. 8 []

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne sur la forêt, ingénieur de recherche indépendant en humanités numériques et rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Je blogue sur http://dighistory.hypotheses.org (l'histoire numérique) et sur https://foret.hypotheses.org/ (la forêt & l'environnement). Et je tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.