Catégories
Non classé

Lecture computationnelle et inventaires sommaires

Jusqu’à aujourd’hui, l’histoire de la forêt a été essentiellement faite en mobilisant les archives des Eaux et Forêts de France, l’institution royale dédiée à l’administration et à la justice des forêts du roi, des ecclésiastiques et des communautés d’habitants. Cette production historique a été facilitée par le regroupement des sources produites par l’institution forestière dans les sous-séries 2B des archives départementales.

Pourtant, cette approche n’est pas sans poser problème : dans la mesure où la nature de l’institution forestière est avant tout judiciaire, ses archives présentent essentiellement les interactions entre les hommes et l’environnement sous l’angle du délit. Ce biais est préjudiciable à la compréhension de ces mêmes interactions puisqu’elles ne donnent que le point de vu de l’institution et passent sous silence ceux des multiples acteurs incriminés – les communautés, les particuliers, les artisans, les séditieux etc. Pour écrire une autre histoire des pratiques et des usages forestiers des habitant.es de l’époque moderne, il faut donc mobiliser d’autres archives et faire un pas de côté.

Comprendre le phénomène rébellionnaire hors des archives institutionnelles

Dans mon cas, je cherche à comprendre les différentes formes que prend le phénomène rébellionnaire en forêt à l’échelle du royaume, dans les lignée des travaux de Jean Nicolas. Pour y parvenir, je souhaite confronter les informations trouvées dans les archives des Eaux et Forêts à celles produites par d’autres acteurs institutionnels ou particuliers : institutions judiciaires ou administratives concurrentes mais surtout délibérations consulaires, cahiers de doléances, procès des justices privées, témoignages de gardes chasses seigneuriaux etc. L’inconvénient de cette approche réside dans la masse d’archives à lire : elle est incommensurable et ses contenus, extrêmement divers. Comment alors retrouver celles susceptibles de m’intéresser ?

Je pourrais procéder par sondages dans les fonds des communautés, des seigneuries, des monastères ou de diverses institutions judiciaires ; au bout d’un moment, j’y trouverai forcément des archives intéressantes mais au terme d’un travail long et fastidieux, et d’un temps dont je ne dispose pas. C’est pourquoi je souhaite accélérer cette recherche en tirant parti d’un matériau pour l’instant sous-employé : les inventaires sommaires des archives départementales avant 1789 composés au XIXe siècle à l’échelle nationale.

Inventaire-sommaire des archives départementales antérieures à 1790, rédigé par M. Matton, archiviste. Aisne. Archives civiles, série B (suite), C, D, E, F. Tome second, Laon, Imprimerie H. Jacob, rue Sérurier, 22, 1878. CC

Les inventaires sommaires : OCR et web scraping

Pour les rédiger, chaque service d’archive départemental a inventorié, détaillé, coté et regroupé les archives renfermée dans chaque série d’Ancien Régime. Pour chaque dossier inventorié à l’époque, il existe donc un inventaire assez sommaire, toujours utile aujourd’hui. Un nombre important d’entre eux est accessible sur Gallica, Google Books et Internet Archives, au format .pdf et occérisés. Ils constituent de facto un corpus que je compte utiliser pour repérer en amont les sources dont j’ai besoin. Comme il n’existe pas encore de méta-catalogue de l’ensemble des moteurs de recherches d’archives départementales, regrouper tous les inventaires disponibles sur le Web permettrait de centraliser les requêtes à un seul endroit.

À ce stade, l’idée est la suivante : articuler une lecture humaine des sources (les inventaires) avec une lecture computationnelle pour trouver les archives susceptibles de m’intéresser (sur le modèle présentant par Frédéric Clavert ici). Dans un premier temps, je compte effectuer une analyse lexicale sur les termes de la rébellion identifiés par Jean Nicolas (sensation, alarme, confusion, fermentation, effervescence, agitation, mouvement, esmouvance, bruit, rumeur, murmure, trouble, tumulte, désordre, tapage, baccanale (ou baccanal), carillon ou mutinerie) et voir si les archives qui les utilisent concernent l’univers forestier (c’est-à-dire se passent dans une forêt, dans un espace marginal géré par l’institution forestière, concernent un aspect du travail en forêt (la vente de bois par exemple) etc.).

Il s’agira ensuite de vérifier les occurrences dans un dépôt d’archives limitrophes (sûrement l’Ariège). La lecture de ces archives permettra d’affiner les mots-clefs à rechercher dans les archives, notamment pour découvrir ceux spécifiques à l’univers forestier.

Pour résumer, cette méthode de travail se décompose de la manière suivante :

1) regrouper les différents inventaires ; il reste encore à faire le web scraping pour finaliser le téléchargement.

2) effectuer une analyse lexicale sur les termes de la rébellion dans les inventaires d’un seul dépôt ;

3) lire les archives trouvées par cette méthode

4) affiner les mots-clefs en rapport avec la rébellion dans l’univers forestier

5) appliquer la méthode à l’ensemble du corpus.

Les résultats attendus serviront à affiner la base Jean Nicolas du projet ObARDI voire à renseigner l’Historical Social Conflict Database. Si vous avez des suggestions, des remarques, elles sont les bienvenues ! ⬇️ ⬇️ ⬇️ 

 


Icons made by Freepik from www.flaticon.com

Par Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne, ingénieur de recherche contractuel dans l'ANR ObARDI "Ontology-based Ancien Regime Data Intrastructure"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.