Catégories
Restauration des Terrains en Montagne

Restaurer la montagne : un constat

« Les faits sont là qui établissent la valeur de nos procédés. Le sol rendu stable et reconstitué, l’aridité et la nudité des pentes disparaissant sous la végétation forestière et herbacée, le torrent boueux et menaçant changé en ruisseau inoffensif et même bienfaisant : voilà ce qu’a produit, dans mains endroits, l’application de la loi du 4 avril 1882. Partout, dans les régions soumises à l’application de la loi, apparaît l’efficacité des travaux de reboisement »

Direction générale des Eaux et Forêts, Restauration et conservation des terrains en montagne, Paris, Imprimerie Nationale, 1911, p. VIII)

Malgré leur âge, ces lignes rendent compte d’une réalité intemporelle : apprivoiser son environnement, le plier à sa main, sont autant de caractéristiques qui fondent nos sociétés. Dans notre anthropocène, nous faisons fi de Dame Nature, nous la soumettons à notre botte ; tout est acquis et rien ne nous menace plus. Ce faisant, nous oublions ce contre quoi nous nous battions : la crue, la submersion, l’avalanche, la lutte ancestrale de l’Homme face à son milieu.

Et quand de cruels évènements adviennent, nous sommes ébahis – souvenons-nous de la Faute-sur-Mer en 2010 ou des coulées de boues il y a quelques mois dans le Pays de Gex. Nous avons oublié le temps long et les efforts déployés pour maîtriser notre milieu : là aussi, c’est une autre caractéristique de nos sociétés.

La restauration des terrains en montagne (RTM) ne fait pas exception à cette règle : hormis les forestiers de l’ONF, qui se souvient encore de cette opération ? Pourtant, si nous pouvons allègrement parcourir les sommets montagnards en toute quiétude, si nous pouvons habiter le long des cours d’eau sans crainte d’être inondés, c’est à la RTM que nous le devons.

Ce billet inaugure une série d’articles consacrés aux recherches sur les fonds d’archives de la restauration des terrains en montagne. J’y partagerai découvertes et réflexions autours des nombreux documents iconographiques qui en composent le fonds.

Icons made by Freepik from www.flaticon.com


Par Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne, ingénieur de recherche contractuel dans l'ANR ObARDI "Ontology-based Ancien Regime Data Intrastructure"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.