Les violences en forêt sont-elles une permanence historique ?

La genèse des réflexions suivantes est née à la lecture d’un article de Reporterre sur le décès d’un activiste écologiste « mort mercredi 19 septembre dans la forêt de Hambach pendant son évacuation par la police allemande ». Lui et les siens tentaient depuis six ans d’empêcher l’énergéticien RWE de détruire une forêt pour y étendre une mine de charbon à ciel ouvert. 

Cette lecture m’a immédiatement fait penser au décès de Rémi Fraisse, décédé en octobre 2014 dans la forêt de Sivens. Or, Sivens comme Hambach ou Notre-Dame-des-Landes, sont des Zones À Défendre (ZAD), c’est-à-dire des formes d’occupation de l’espace rural destinées à s’opposer à un projet d’aménagement. Surtout, toutes ces ZAD prennent plus ou moins place dans l’univers forestier. Or, il se trouve que les archives de la forêt de Sivens (XIIIe-XVIIe siècle) ont fait partie de mes sources de doctorat : impossible donc de ne pas céder à la tentation de la comparaison. Surtout lorsque mes sources foisonnent d’affrontements entre gardes forestiers, représentants de la puissance publique, et les  populations locales.

Il m’a néanmoins fallu du temps pour passer de la simple curiosité à la mise en place d’un nouveau terrain d’enquête : au-delà de la simple comparaison, je ne voyais pas comment structurer ma curiosité initiale en projet de recherche. Je suis donc retourné dans mes archives. 

Une fois les archives de la réformation des Eaux et Forêts (re)lues pour Sivens, force est de reconnaître le caractère ordinaire du lieu à l’époque moderne. Les interactions entre les représentants de l’État et les populations ne dépassent pas le cadre habituel de ce type d’échanges, c’est-à-dire que les forestiers contrôlent le type d’usage à destination des population, marquent les arbres pour les ventes et patrouillent le reste du temps. Nulle trace d’affrontement ou de rébellion. 

Plusieurs similitudes entre le passé et aujourd’hui apparaissent néanmoins, une fois la focale élargie au-delà de la seule forêt de Sivens. Si les archives des Eaux et Forêts ne consignent pas d’affrontements majeurs entre les populations locales et les représentants de la puissance publique, elles mentionnent au contraire de multiples escarmouches mêlant un ou plusieurs combattants, voire plusieurs centaines au XIXe siècle avec la guerre des Demoiselles. Quolibets, violences armées, voire décès sont quelques-unes des formes que prennent ces affrontements. Elles ne sont pas sans rappeler celles qui prennent place dans les ZAD forestière, comme si le caractère marginal de l’espace forestier avait pour conséquence de produire des permanences, notamment au niveau de la violence qui se déploie dans cet espace. Comment l’expliquer ?

Revenons sur ces similitudes. La première d’entre elles concerne le type de violence qui se déploie. L’univers forestier n’est pas tendre avec ses acteurs et déploie des violences régulières – à défaut d’être quotidiennes. Il n’y a qu’à voir certaines anecdotes rapportées par les gardes forestiers du XVIIe siècle : tel garde assassiné dans la forêt de Grésigne et dont ses collègues ne retrouvent que la tête ; tel autre conspué, bâtonné en groupe et dépouillé des insignes de son autorité. C’est ce que les forestiers de l’époque nomment « la haine publique » et qui les voit en butte à l’hostilité de celles et ceux qui parcourent ou possèdent les forêts. 

Le garde Poupa, ayant tué le fils d’un seigneur local lors d’un contrôle forestier, se retrouve par exemple en butte à la vendetta familiale et ne doit son salut qu’à la fuite. S’il ne donne aucun détail de l’algarade ayant abouti au décès du jeune homme, une autre source décrit la fureur qui se déploie en forêt et permet de s’en faire une idée : 

Se souvient qu’estant en ladite forest et ayant ouy le bruit de quelqu’un qui couppoit, il seroit allé droit au bruit & auroit trouvé ledit Jacques Espere qui ayant quitté la cougnée, achevoit de charger ledit cheval, ce qui l’avoit obligé de luy dire qu’il ne faisoit autre mestier que de coupper ainsy du bois, et que pour le coup, il ne le souffriroit point d’avantage & vouloit emmener son cheval. Ledit Espere se deffendant au contraire, comme luy qui compare se seroit mis en devoir de luy prendre & d’amener ledit cheval, ledit Espere se seroit jeté sur luy par derriere & l’ayant tourné vers luy, luy auroit donné deux coups de poignard, l’un dans la gorge, et l’autre dans le sein, mais comme d’abord il n’auroit point cru que ce fut un poignard, il se seroit retiré d’entre les mains dudit Espere, lequel il auroit renversé a terre d’un coup du bout de son fusil, ayant esté en son pouvoir de le tuer, mais comme a l’instant il se trouvoit tout plain de sang, il se retint, luy disant qu’il ne le vouloit point tuer et ledit Espere se sauva, ayant esté longtemps absant dudit pays[1].

Poignard, fusil et corps-à-corps sont quelques uns des attributs de la violence du XVIIe siècle. Si les poignards sont aujourd’hui remisés et remplacés par les grenades offensives et défensives, fusils et corps-à-corps sont toujours d’actualité. Il n’y à qu’à regarder les photographies des affrontements entre gendarmes mobiles et zadistes pour s’en rendre compte. Les drames de Rémi Fraisse et de Steffen M. attestent que l’univers forestier a conservé des formes de violences plus extrêmes que dans l’espace urbain, pouvant aller jusqu’à la mort des opposants. 

Une autre similitude concerne la disproportion des effectifs et des moyens entre les opposants et les représentants de la puissance publique. Le 19 septembre 2018, ce ne sont pas moins de 3500 policiers qui ont encerclé la ZAD d’Hambach pour la démanteler, forçant les zadistes à se réfugier dans les arbres. Si les forces de l’ordre mobilisées pour le démantèlement de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ne sont pas aussi nombreuses, leur effectif demeure là aussi conséquent : plus de 1800 gendarmes et gendarmes mobiles participent à l’opération. Surtout, c’est la première fois que les véhicules blindés à roues de la Gendarmerie (VBRG) sont employés de manière opérationnelle sur le territoire métropolitain. Abondamment mise en avant dans la presse, cette militarisation du maintien de l’ordre n’est pas sans rappeler les grands mouvements contestataires forestiers ayant nécessité de mobiliser l’armée. Songeons à la guerre des Demoiselles (1829-1832, voire 1872) qui aurait nécessité la mobilisation de 60 000 hommes de troupe pour mater la révolte. 

Violence de part et d’autre pouvant aller jusque’à la mort, militarisation du maintien de l’ordre : voilà deux attributs que les nouveaux conflits forestiers empruntent à leurs prédécesseurs. Sont-ils les seuls ? Et surtout, pourquoi cette forme spécifique de violence prend-elle racine dans les milieux forestiers ? Les exemples que j’ai énoncé pourraient laisser croire que la violence s’inscrit dans une tradition de révolte bien installée en France. Or, la nature protéiforme et sporadique de celle-ci n’a guère laissé de trace dans la mémoire collective, à l’inverse de l’Angleterre et de son Black Act. Étudier ces permanences suppose donc d’interroger leurs logiques pour comprendre comment les populations et les opérateurs de l’État s’affrontent pour contrôler le milieu exploitable, puis l’environnement. Ce sera donc le point de départ d’un projet de recherche à venir dont j’espère rendre compte régulièrement sur ce blog.

[1] ADHG, fonds de la réformation de Froidour, 8 B 077 N 11, Audition de Jean Andouin, garde de Montesquieu de Lavantes , 30 août 1667.

Images : CC Flickr guy masavi


Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne sur la forêt, ingénieur de recherche indépendant en humanités numériques et rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Je blogue sur http://dighistory.hypotheses.org (l'histoire numérique) et sur https://foret.hypotheses.org/ (la forêt & l'environnement). Et je tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.