Arpenter la forêt au prisme des émotions : le martelage #2

“On martèle mal lorsqu’il pleut” : prononcée par le propriétaire des lieux, propriétaire forestier de son état, cette phrase servit d’augure pour ce martelage ariégeois pensé la veille au soir sous la pluie, commencé le lendemain dans la brume du petit jour et achevé en milieu d’après-midi sous l’orage.

À l’image de mon premier billet sur le sujet, je vais ici revenir sur mes ressentis de l’univers forestier et sur les émotions qui s’en dégagent, tout en m’interrogerant sur les similitudes de l’opération entre le XVIIe siècle et maintenant. A postériori, se rendre en forêt, c’est bien s’introduire dans un univers mental qui conserve les noms et les usages ancestraux. C’est pour moi un curieux dédoublement : historien, je connais déjà un langage qui n’a pas évolué depuis le XVIIe siècle. Chablis, houppiers, fourchus ou débardage sont des éléments connus de mon imaginaire. Seulement, c’est la première fois que j’y suis concrètement confronté, que je dois les penser à l’aune d’un aspect physique et non plus intellectuel.

Préparer le martelage

Marteler ne s’improvise pas : il faut choisir la forêt (ici celle de Montferrier, non loin de Montségur et limitrophe à la station de ski des Monts d’Olmes, à peu près par ici), puis arrêter des parcelles à arpenter. Plusieurs critères guident ce choix : l’accessibilité, c’est-à-dire la possibilité de s’y rendre en considérant les conditions climatiques ou techniques, l’âge de la dernière coupe, le type d’essence et d’aménagement à effectuer.

On utilise à cette étape les documents d’aménagement : carte de la forêt, plans des parcelles, bordereaux des dernières coupes, historique de ces mêmes parcelles. Il y a un côté troublant à consulter ces pièces : elles sont assez anciennes et datent de l’achat de la forêt, probablement dans les années 50 ; l’encre sur la chemise cartonnée est légèrement passée, les plans ne sont pas encore numérisés, le papier est très fin : vous l’aurez compris, il s’agit d’archives vivantes, utilisables tout autant qu’utilisées, et non ces archives inertes que je consulte dans un dépôt départemental…

Le lendemain matin, nous sommes levés dès potron-minet. Rendez-vous pour récupérer l’équipement de martelage : marteau forestier, bombe de peinture fluorescente et compas forestier complètent l’indispensable panier pique-nique. Puis c’est le départ vers les parcelles : on récupère en cours de route le technicien forestier et on commence à grimper en voiture. Rapidement, la route s’élève, serpente, tandis que le soleil darde ses premiers rayons.

Une fois dans la montagne, c’est la douche froide : la route forestière n’est pas pratiquable et nous prenons rapidement du retard dans notre planning. Dans ce coin de forêt, c’est la première visite depuis la fin de l’hiver : les arbres chablis, renversés sur la route par le vent et les éléments sont fréquents. À chaque rencontre, le même rituel se répète : il faut mettre pied à terre, débarasser à la main les éboulements et les grosses branches ; et quand c’est un arbre entier, sortir la tronçonneuse et découper le tronc avant de le pousser sur le bas-côté. Ce n’est qu’une fois ces opérations effectuées que nous reprenons notre marche en avant jusqu’au prochain chablis.

En conséquence, nous n’atteignons le début de la parcelle que vers 8h30 : le temps de reconnaître les lieux, de s’équiper et de se mettre en marche, il n’est pas loin de 8h45 quand nous entamons le martelage proprement dit. Chacun emporte un marteau, une bombe de peinture et son compas forestier, sans oublier sa gourde et de quoi se protéger contre la pluie annoncée. Moi, je commence à la plaquette : je suis chargé de comptabiliser les arbres marqués pour tenir l’inventaire. Tant mieux, l’activité permet de me remettre dans le bain, de prendre des notes et surtout, de réfléchir à ces curieuses similitudes entre mon objet d’étude et le martelage contemporain.

Il faut dire qu’entre deux chaos sur la route, je pense à mes forestiers du XVIIe siècle : ils n’ont pas, eux, de route forestière bien terrassée. Quand je vois le temps que nous mettons pour grimper en jeep à la parcelle, j’imagine le temps qu’il devait leur falloir et les conséquences sur leur quotidien. En montagne, tout pèse et ils devaient prendre avec eux de quoi manger, les outils du quotidien, l’écritoire, le papier pour faire le canevas et la mine pour dessiner la parcelle, les intruments de mesure (la boussole, la chaîne, les bâtons, l’équerre, éventuellement le graphomètre à pinnules. Si le sujet vous intéresse, vous avez un article de Roger Blais sur Persée résumant le tout).

Montaient-ils au pas de l’âne ? Combien de temps leur fallait-il pour faire ce que nous faisons en une journée ? J’imagine sans peine qu’ils restaient plusieurs jours. Qu’emportaient-ils alors pour se nourrir ? À cette dernière question, un élément de réponse m’est apporté par l’amie qui m’accompagne : son grand-père, propriétaire de la forêt dans les années 50, avait pour habitude de dire qu’on trouvait de tout dans la forêt ; la seule chose qu’il ne fallait surtout pas oublier, c’était le vin ! Peut-être en allait-il autant de mes forestiers. Malheureusement, leurs archives ne livrent que peu de traces de leur quotidien.

Marteler, c’est bien couper des arbres

Arbre marqué. À droite, la trace de griffe. Tous droits réservés Sébastien Poublanc

Si les hommes de l’époque moderne marquaient les arbres à ne pas couper dans ce que l’on appelait le balivage, la sylviculture moderne fait l’inverse. Pourtant, la pratique n’a pas totalement disparu : elle conserve quelques dérivés comme le fait de griffer les arbres à préserver dans une coupe. Ce faisant, les arbres deviennent des passeurs de mémoire : en repassant dans la coupe 24 ans après, le stigmate nous informe des choix sylvicoles précédents que nous intégrons à notre martelage.

Ce dernier s’effectue dans une hêtraie de belle espérance, sans arbres malades et avec une colonisation de sapins. Dans ces conditions, le martelage sert à préparer une coupe d’éclaircie, c’est-à-dire couper essentiellement les hêtres qui gènent la progression et le développement des sapins. Y parvenir impose un travail d’équipe : les forestiers d’un jour sont répartis en ligne et avancent de concert. Face à un arbre, ils doivent lever la tête et observer le houppier, afin d’en déterminer la vigueur et l’espérance. C’est pour cette raison qu’on martèle mal lorsqu’il pleut : exposer son visage au ruissellement de la pluie nuit à la bonne appréciation de l’arbre.

L’observation détermine si l’arbre doit être abattu. De manière plus ou moins empirique selon chaque cas, nous décidons d’abattre :

  • les arbres fourchus, branchus qui ne peuvent donner du bois de qualité ;
  • Les arbres malades, blessés ou chablis qui peuvent tomber sur leurs voisins et les blesser ;
  • les arbres vieux, au houppier trop imposant, qui empêchent la régénération de la forêt ;
  • les arbres qui empêchent le développement de taches de sapins, en privilégiant ceux qui sont à l’ombre plutôt que les sapins qui se portent déjà bien ;
  • l’emplacement de l’arbre par rapport à ceux qui vont être coupés à droite et à gauche de la ligne.

Cet aspect du martelage m’a interpellé, et me questionne. En effet, la lecture d’ouvrages de sylviculture donne l’impression que tout est rationnel, quasi scientifique, fondé sur l’expérience qu’une forêt bien jardinée donne de beaux arbres propres à servir. Depuis le XVIIIe siècle et les travaux du comte de Buffon, de Duhamel du Monceau et de Dralet – voire le XVIe siècle si on prend en compte les ordonnances judiciaires d’aménagement des forêts – toute la production sylvicole va dans ce sens. Or, une fois en forêt, les connaissances théoriques ne s’appliquent pas telles quelles sur le terrain : chaque cas est unique, questionne, impose de prendre en considération des critères très subjectifs pour finalement aboutir à une décision collégiale. Sans doute plus que mes compagnons de martelage j’ai l’impression de jouer à l’apprenti sorcier. Parce que ces arbres sont des êtres vivants et sensibles, la décision de les couper n’est pas anodine : on ne gère pas une forêt comme un potager, l’aménagement impose de lourdes responsabilités. C’est d’ailleurs ce que me soufflent mes compagnons :

Il vaut mieux laisser un arbre qui devait partir que de couper un arbre qui devait rester.

Et c’est sans nul doute la ligne de conduite que nous adoptons.

Les sons des hommes

Une fois l’arbre choisi, arrive le moment de le marquer – de le marteler. L’opération s’effectue en 3 temps :

  • dans un premier temps, le marteleur mesure le diamètre du tronc et l’annonce à haute voix. La personne en charge de la tablette répète le diamètre pour éviter toute erreur, avant de le comptabiliser sur la tablette.
  • il est alors temps de marquer l’arbre : face à la pente et face à la montagne, une marque fluorescente est aposée à hauteur d’homme. Elle servira de repère aux bûcherons.
  • enfin, arrive le moment symbolique : à l’aide du marteau forestier, il faut imprimer sa marque sur l’arbre. Celle-ci ne s’effectue pas n’importe où : elle doit être faite au pied de l’arbre, le plus près des racines et face à la pente. La marque – le plaquis – sert à terme à récoler la vente, c’est-à-dire vérifier que le nombre de souche correspond au nombre de troncs. Pour y parvenir, on utilise les deux parties du marteau forestier : le fer pour écorcer l’arbre et le poinçon pour imprimer d’un fort coup la marque du propriétaire – ici les initiales HB.

Cet aspect de l’opération m’a marqué par sa musicalité : en pénètrant dans la forêt, celle-ci offre un paysage sonore singulier. En fermant les yeux, je distingue nettement les mélodies des oiseaux, le bourdonnement des insectes et le chant clair du ruisseau en contrebas, sans oublier le craquement des arbres. L’environnement sonore est encore accentué par la spatialisation de la montagne : son dénivelé, l’étendue de l’espace arpenté, ses nombreux arbres nous environnent de sons ; devant, derrière, à droite, à gauche, en haut, en bas, tout crisse, bruisse, frémit et pépie. Et plus nous descendons, plus le bruit du ruisseau enfle au point de couvrir tous les autres sons.

Puis, une fois en place, nous imposons progressivement nos propres sons à cet environnement. C’est d’abord le bruit des bottes sur l’humus détrempé et spongieux, accompagné par celui des branches que nous écartons, qui nous cinglent ou qui se brisent. Les cris des différents marteleurs, les discussions collégiales longue distance pour déterminer les arbres à abattre ou à préserver, viennent en suivant. Rapidement, les pschit des bombes de peinture rythme notre avancée, avant que les marteaux n’entrent en action. Et à la différence des bombes, ces derniers produisent des sons différentes. Quand on utilise le fer pour écorcer, la sonorité est sèche et claque comme un coup de feu ; à l’opposé, le poinçonnage rend un son sourd, mat, presque étouffé. Ces sonorités sont encore accentuées par la difficulté de l’opération : il est souvent nécessaire de s’y prendre à plusieurs fois pour obtenir un beau plaquis, démultipliant d’autant la fréquence de ces sons. Une fois le rythme de croisière acquis, la forêt résonne de notre présence : l’environnement sonore se plie à notre activité.

Matérialité et immatérialité forestière

Réfléchir sur le sensible dans l’univers forestier ne se cantonne pas à la question du son : il faut aussi mobiliser les autres sens, notamment la vue, le toucher et l’odorat. Ce dernier est sans doute celui qui m’affecte le plus – question de sensibilité j’imagine. Pénétrer dans la forêt met mon nez au travail : je perçois d’abord la riche odeur d’humus, la terre lourde et humide. Une fois entré dans les rares sapinières de la parcelle, stupéfaction : la hêtraie n’a pas d’odeur ! Là où le sapin génère sa propre ambiance, lourde et épicée, le hêtre se fait discret, presque intangible !

De son côté, le toucher est presque constamment mobilisé. La parcelle étant à flanc de montagne, la gravité commande d’enfoncer ses talons dans la terre pour ne pas dégringoler ; dans le même ordre d’idée, la descente impose de se retenir aux arbrisseaux ou de poser la main à terre : on est alors directement en prise avec la forêt. Ce qui n’empêche pas quelques gadins bien sentis lorsque la prise est mal arrimée… Quoi qu’il en soit, le corps prend rapidement l’habitude de rechercher les replats, cette pente plus faible entre deux pentes plus fortes. Et sans surprise, c’est généralement le lieu où se trouvent des traces de charbonnières : la terre y est creusée et noircie. J’imagine sans peine les charbonniers creuser l’âtre pour y amasser leurs fagots, les veiller jours et nuit afin d’éviter que la combustion ne mette le feu à la meule.

Enfin, la vue est le dernier sens utilisé. Si ce n’est pas surprenant (!), un phénomène m’interpelle : la rapidité à laquelle le sous-bois et la topographie nous cache les uns aux autres. Très rapidement, plus personne en vue : si ce ne sont les cris et les bruits de martelage, on pourrait se croire seul au monde, sur le flanc de cette montagne loin de la civilisation. Dans ces conditions, nous donnons de la voix pour se regrouper et tenir la ligne, faute de quoi tout serait à refaire.À ce titre, la luminosité joue un rôle important. Lorsque la couverture nuageuse est basse, le sous-bois acquiert une profondeur et un aspect touffu, voire sombre. Tout est unanimement vert, avec quelques taches de marron. À l’opposé, l’apparition du soleil restitue la diversité des nuances de vert : du vert profond au plus clair, les couleurs vives éclatent alors pleinement.

Restituer mes sensations m’a fait repenser à Alain Corbin et à son livre Les cloches de la Terre : loin de tout, qu’est-ce qui rythmait la vie des forestiers ? Entendaient-ils les cloches ou vivaient-ils sans ? Dans la mesure où la sonnerie fondait un système de communication et battait le rythme de la vie rurale, la question n’est pas si anodine. On en revient toujours à la question de la forêt en-dehors de la civilisation et des lieux cultivés. Si la cloche y était sans pouvoir, qu’est-ce qui la remplaçait ? D’ailleurs, y avait-il un remplaçant ? À creuser…


Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne sur la forêt, ingénieur de recherche contractuel humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux et rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Je blogue sur http://dighistory.hypotheses.org (l'histoire numérique) et sur https://foret.hypotheses.org/ (la forêt & l'environnement). Et je tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.