Qu’est-ce que la forêt ?

À quoi avez-vous pensé en lisant cette question ? À de hautes futaies dont les arbres s’élèvent vers le ciel ? À des taillis profonds, calmes et impénétrables qui ne laissent que faiblement passer la lumière ?

Si c’est le cas, vous avez eu raison de convoquer ces représentations : elles sont toutes fidèles à ce que notre imaginaire collectif représente comme une forêt.

La forêt 🌳 est une construction sociale

Une simple recherche sur un site de streaming pour vérifier les sons et musiques associés à cet objet ne fait que conforter cette représentation et les émotions qui y sont associées. Et que dire d’une recherche d’image sur un célèbre moteur de recherche ? Les photographies ne font que renforcer nos représentations en évoquant la magnificence, la puissance, l’élévation… mais aussi les angoisses, l’oppressions, les inquiétudes. Tout dépend de la photo, si elle présente une sylvie nimbée de lumières ou au contraire un bois baignant dans la pénombre.

CC Wikimedia Commons Caspar David Friedrich

Si ces représentations correspondent à la réalité d’une balade en forêt au XXIe siècle, elle sont surtout l’héritage d’une vision élaborée par les romantiques du XIXe siècle. On peut penser au remploi du Petit Chaperon Rouge, d’Hansel et Gretel, ou encore au Voyageur contemplant une mer de nuages de Caspar David Friedrich. Tous construisent une représentation des forêts à la fois denses et profondes, peuplées d’arbres et dénuées d’humains.

Cette construction est elle-même confortée par la situation écologique actuelle : la France connaît aujourd’hui une période d’extension du couvert forestier. L’exode rural, la déprise agricole, la baisse du nombre de troupeaux offrent de nouveaux territoires à des forêts avides d’espaces à coloniser. Pour le dire autrement, la France n’a probablement jamais eu autant de surface boisée depuis l’an mille et les grands défrichements des communautés ecclésiastiques.

En définitive, tous ces paramètres participent à la définition actuelle d’une forêt : un endroit peuplé d’arbres plutôt grands, à l’extérieur de l’espace urbanisé et où on se rend le dimanche pour se balader ou pique-niquer. En somme, elles est l’exact opposé des forêts modernes.

La sylve est un espace vécu et partagé

Premier changement de perception : la forêt du XVIIe siècle est avant tout un espace juridique. La question de la présence ou non d’arbres n’entre pas directement en ligne de compte : fait forêt ce qui est juridiquement considéré comme une forêt, c’est-à-dire le saltus, l’espace non cultivé ou sauvage qui s’oppose à l’ager, le champ cultivé.

Il n’est donc pas antinomique de découvrir dans les sources des forêts dépeuplées d’arbres. Prenons le cas de la forêt de Gaudelon : elle est toujours considéré comme une forêt royale, avec un officier titulaire qui chargé d’aménager la forêt, d’organiser les ventes de bois et de traquer les criminels, même si “il n’y a plus de forest : elle est reduite en terres labourables1”.

Deuxième changement de perception : les “futaies-cathédrales”, ces belles et hautes forêts, n’existent que rarement. La pression anthropique – hommes, troupeaux et industries – les relègue généralement aux endroits les plus escarpés et difficiles d’accès ou les plus fortement protégés par l’administration royale – Eaux et Forêts, capitaineries des chasses royales etc.

Plan de la forêt royale de Thuries levé par Jean Molinier en 1666. ADHG 8 B 047, M1. CC Sébastien Poublanc

En réalité, une forêt peut contenir plus de places vides que d’espaces boisés : rochers, terres incultes, défrichements… définissent un espace mité au sein de la forêt. Le plan de la forêt royale de Thuriès l’illustre parfaitement : de cette forêt, rares sont les parcelles encore boisés !

Les sources des Eaux et Forêts mentionnent plutôt des taillis, c’est-à-dire de jeunes arbres de faible hauteur et à la densité encore plus faible. La forêt de Montech, près de Montauban, est ainsi en si mauvais état “qu’on auroit peu la traversser presques par tout en carosse2”. Et si futaies il y a, elles sont plutôt de faible hauteur et de maigre envergure, loin des cathédrales végétales imaginées.

À l’opposé du silence associé traditionnellement à l’univers forestier, les forêts modernes bruissent de mille bruits : charbonnage, coupes de bois, débardage des arbres, cris des bestiaux – hennissements, bêlements et autres – bruits des industries comme la forge, la mouline, coups de feu etc. La quantité de bestiaux est élevée et peut atteindre des densités exceptionnelles ; rien que dans les 100,31 hectares de la forêt royale de Vauré, les procès de la réformation permettent de compter 862 animaux qui pâturent quotidiennement.

Pour façonner ces activités, les habitants des communautés riveraines s’y rendent en troupes : il n’est pas rare d’y croiser des dizaines de personnes, chacune vacant à son activité. Certaines professions imposent même de vivre sur place comme la noblesse de verre – les gentilhommes verriers –, les charbonniers et les différents chantiers installés aux reins des forêts.

La forêt est donc un espace largement parcouru par les femmes et les hommes de l’époque moderne, façonnant une représentation fort différente de la notre. Pourtant, quelques similitudes demeurent : monde arpenté, connu, la forêt est aussi source d’angoisse. Son étendue en fait un lieu marginal, favorable au guet-apens et à l’embuscade, notamment à l’encontre des gardes forestiers :

A dit [le sieur de Verdun, responsable de la forêt de Grésigne] qu’il fesoit lasdite charge en personne que neantmoins ils [les gardes de Grésigne] ont este quelque temps sans oser aller dans la forest sur le bruit qu’y avoit couru qu’un des gardes de luy qui respond avoit este tué dans la forest dont ont n’a jamais eu de nouvelles, mais seulement on trouva la teste du mort deux ans apres dans ladite forest3.

Point de preuves ni de rationalité dans ce récit : place à la rumeur, ô combien destructrice ; place aussi à l’approximation puisqu’une tête, plus vraisemblablement un crâne, est difficilement identifiable. Ce faisant, les gardes forestiers façonnent une représentation de la forêt où ils projettent leurs peurs, leurs angoisses ; une représentation teintant fortement les sources des Eaux et Forêts et dont l’historien doit impérativement se méfier…

Crédits image d’entrée : CC Wikimedia Commons Mawoing

  1. ADHG, Actes du pouvoir souverain, 1 A 12, t. 1, f°61 r, Estat des officiers des Eaux et Forests dependantes de la grande maistrise de Toulouse, leurs noms, qualitez, gages, chauffages & aultres droits, 10 janvier 1667. []
  2. ADHG, fonds de la réformation de Froidour, 8 B 002, f°278 v, Proces verbal de la visitation de la forest de Montech, 28 septembre 1666 []
  3. ADHG, fonds de la réformation de Froidour, 8 B 043, K 4, Audition du sieur de Verdun Capitaine forestier a pied de la forest de Gresigne, 19 février 1667. []

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne sur la forêt, ingénieur de recherche indépendant en humanités numériques et rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Je blogue sur http://dighistory.hypotheses.org (l'histoire numérique) et sur https://foret.hypotheses.org/ (la forêt & l'environnement). Et je tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.