Arpenter la forêt au prisme des émotions : le martelage #1

J’ai eu le plaisir l’autre jour d’écouter Caroline Muller expliquer l’importance des émotions dans sa pratique d’historienne. Chemin faisant, son intervention m’a fait prendre conscience d’un fait : je bannis inconsciemment de mon écriture tout ce qui a trait aux émotions pour mieux me concentrer sur l’analyse distanciée des faits. Or, il m’est impossible de travailler sur la forêt sans convoquer le ressenti ou l’émotion, sans les confronter à la lecture des sources ; ils sont en réalité un moteur majeur de la manière dont je perçois l’univers forestier. Pourquoi alors en proscrire l’utilisation ?

Cette réflexion aurait pu en rester là, mais il se trouve qu’une amie m’a invité hier soir à un martelage dans les Pyrénées. Je prends donc prétexte de cette invitation pour écrire un billet en deux temps sur cette pratique et sur sa survivance au-delà de l’Ancien Régime. Ce premier billet aura pour objet de revenir sur l’opération de martelage dans sa double dimension, physique et symbolique, ainsi que sur les ressentis de mon premier martelage ; le second sera « écrit sur le vif » afin de documenter la pratique.

Marteler, est-ce seulement marquer le domaine de l’arbre ?

Froidour Louis de, Instructions pour les ventes des bois du roy, Toulouse, Raymond Bosc, 1668, p. 182

Qu’entent-on par martelage ? Le CNRTL en donne la définition suivante :

Martelage : Opération consistant à marquer avec le marteau forestier les arbres à abattre ou à réserver dans une coupe.

Au XVIIe siècle, on en dit de cette opération qu’elle « est l’application du marteau du roi, aux arbres retenus & désignés pour servir de pieds corniers, arbres de lisiere & baliveaux dans les ventes » (Bonaventure Chailland, Dictionnaire raisonné des Eaux et Forêts, Paris, Ganeau, Knapen, 1769, p. 369)

Pour comprendre cette pratique, il faut revenir sur la volonté des officiers forestiers royaux de rationaliser le territoire en excluant des forêts les communautés riveraines. Dès le XVIe siècle, les forestiers cherchent à délimiter l’espace communautaire et créent des frontières administratives en multipliant les procès-verbaux d’arpentage et les plans détaillés des forêts. La carte prétend faire le territoire, tandis que toponymes, lieux dits, topographie, sont portés sur le papier, perdant au passage leurs caractéristiques locales pour être francisés. L’opération constitue donc un processus de domination qui s’inscrit dans le développement progressif de la monarchie absolue.

Pour délimiter l’espace, le papier seul ne suffit pas : il faut indiquer physiquement sur le terrain l’emplacement de la forêt. C’est dans cette perspective que les arbres sont marqués de l’empreinte royale, qu’ils sont martelés. En effet, l’arbre est un media qui transcende l’ensemble des notions de frontières, à la fois repère et limite, obstacle à l’intrusion du voleur et de l’étranger. Son martelage permet ainsi de matérialiser la limite entre l’ager, le saltus, et la sylva.

Froidour Louis de, Instructions pour les ventes des bois du roy, Toulouse, Raymond Bosc, 1668, p. 182

Quels arbres marque-t-on ? À l’époque moderne, on ne marque pas encore les arbres que l’on va abattre ; au contraire, le martelage ne concerne que les arbres à protéger. Ce sont ces pieds corniers, arbres de lisiere & baliveaux cités ci-dessus, c’est-à-dire les arbres qui servent à délimiter le pourtour de la forêt (pieds corniers & arbres de lisière, aussi dénommés tournants et parois), ainsi que les plus beaux brins qui doivent être protégés de toute coupe pendant un minimum de 75 ans (les baliveaux).

Le martelage obéit à des règles biens précises et nécessite l’utilisation d’un marteau forestier, instrument à mi-chemin entre le marteau et la hachette. Son fer permet d’écorcer l’arbre tandis que son poinçon marque l’entaille du sceau de son propriétaire – ici, la fleur de lys royale.

L’opération est aussi éminemment symbolique : gage de protection, le marquage rend le végétal scarifié facilement identifiable, tant par le plaquis que par l’apparence particulière qu’il acquiert au fil du temps. Enraciné dans la terre, croissant progressivement en taille et en hauteur, l’arbre est à l’image de la monarchie qui le possède : fort, il tend vers ce ciel dont les monarques tirent leur autorité. Acquérant un caractère quasi sacré, le baliveau ne peut être abattu sous peine de sacrilège. Les sanctions sont ainsi beaucoup plus fortes quand les arbres marqués sont abattus : les empreintes du marteau fleurdelisé servent de pièces à conviction.

Marteler au XXIe siècle

Aujourd’hui, seuls les arbres à abattre sont marqués dans les parcelles montagnardes. Pour ce faire, trois marques sont apposées sur chaque arbre : deux à hauteur d’homme, face à pente et face à la montagne, et une troisième au pied de l’arbre. Les deux premières servent à repérer rapidement l’arbre à couper et la troisième à faire la comptabilité, une fois celui-ci abattu.

Le marteau du roi a cédé la place à la bombe de peinture. Toutefois, quelques propriétaires continuent de conserver leur marteau : c’est le cas notamment du groupement forestier qui m’invite. J’avais déjà effectué un martelage en leur compagnie et les sensations qui me viennent spontanément à l’esprit concernent justement le rôle du marteau. Lors de cette première sortie, j’étais en charge de l’un des marteaux : mes mains d’historien, plus habituées à manier le clavier que le marteau, s’en souviennent encore. À la fin de la matinée, la répétition de la tâche les avaient réduites en sang et couvertes d’ampoules. Pire, mes doigts furent rapidement la proie de vilaines crampes : on me mit donc d’office au comptage des arbres à couper. Cette mésaventure eut du bon : elle me fournit une excellente entrée en matière pour comprendre la temporalité du travail en forêt.

Marteau forestier. Tous droits réservés Le Lot en action

La tâche est rude, répétitive et impose de prendre son temps. Le rythme est lent : le départ se fait dès potron-minet et le retour à la fin de l’après-midi, le cheminement vers la parcelle à marteler impose de suivre de mauvais chemins de terre – les lices forestières évoquées dans mes sources –, et le dénivelé est omniprésent. Le terrain permet de mettre des ressentis sur les mots des archives : le larris pierreux se dévoile ainsi mouvant, traitre et met les chevilles à rude épreuve. On comprend alors pourquoi la forêt située sur ce type de terrain était considérée comme difficile à exploiter. Travailler en forêt impose donc un effort au corps, un effort dont les archives ne se font pas l’écho.

Une fois que le corps a pris la mesure du travail, il prend conscience d’une autre sensation : la forêt est silencieuse. Ou plutôt, elle bruisse de mille bruits naturels qui la font paraître silencieuse, tant ils sont éloignés des bruits de l’urbanité. Gazouillis d’oiseaux, chute de branches, bruits inhérents au passage d’animaux… génèrent une ambiance fantasmagorique. Dans ces circonstances, le choix des hommes du XVIIe siècle d’interdire la possession et l’utilisation de la scie par les riverains prend tout son sens : discret, le son produit par l’égoïne ne s’entend pas très loin. À l’inverse, le heurt de la cognée ou de la serpe sur le tronc rebondit d’arbre en arbre, empêchant toute discrétion. Pour les forestiers, tout possesseur de scie est donc un délinquant en puissance…

À la sensation du silence répond une autre perception : la richesse des odeurs. Il m’est difficile de mettre de mettre des mots sur ce ressenti : les odeurs forestières se prêtent mal à l’exercice et j’imagine que chacun les perçoit différemment. Pour ma part, mon souvenir m’indique que les résineux ont des senteurs riches et lourdes, proches de certaines épices. Plus que tout, c’est leur odeur d’humidité qui me vient spontanément à l’esprit : lourde odeur de sève, richesse de l’humus mouillé, matérialité de celui-ci quand je le prend à pleine main. À l’opposé, la sensation s’atténue quand on se trouve dans la chênaie/hêtraie.

Mettre un souvenir aussi ancien (8 ans au moins) en mots est un excercice qui m’intéresse énormément : je suis à présent extrêmement curieux de le confronter à mon prochain martelage ! Mais d’ici là, je vais aller relire Le miasme et la jonquille, voire La Douceur de l’ombre, même si mon préféré sur cette thématique demeure Un balcon en forêt de Julien Gracq.


Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne sur la forêt, ingénieur de recherche contractuel humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux et rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Je blogue sur http://dighistory.hypotheses.org (l'histoire numérique) et sur https://foret.hypotheses.org/ (la forêt & l'environnement). Et je tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Jean Boissiere dit :

    Merci pour ce beau récit forestier qui encourage à relire, dans les archives, les pv conservés de balivage.

  2. Méchoulan Eric dit :

    bonjour, puis-je savoir ce que vous entendez par « l’arbre est un média » ? L’idée est intéressante, j’aimerais en savoir plus.

    • Bonjour, merci de votre commentaire. J’entends par là que l’arbre est un vecteur pour transmettre des informations : ne pas le couper, le laisser grandir, indiquer un propriétaire etc.

  3. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.