Éditer les photographies de la Restauration des Terrains de Montagne (RTM)

Illustration du projet RTM-Num. Tous droits réservés Mélanie Forné

Plus je regarde les photographies de la Restauration des Terrains de Montagne, plus je suis frappé par la démesure de ces travaux. Avec les moyens du XIXe siècle finissant, les forestiers des services RTM entreprennent de gigantesques – à l’échelle humaine – opérations destinées à réparer la montagne. Ils dressent des barrages, plantent des arbres, engazonnent les estives défrichées… et documentent leurs travaux en systématisant les prises de vues photographiques. Dès qu’ils reviennent sur place, ils reprennent une photographie à partir du même point de vue. L’accumulation des clichés d’époques différentes donne naissance à de gigantesques fonds photographiques permettant d’étudier l’évolution diachronique des montagnes et des sociétés locales.

La richesse des clichés, leur beauté surréaliste, ont conduit de nombreux chercheurs à les utiliser dans leurs travaux. Et à présent que je me tourne vers eux, je m’interroge à mon tour sur la manière de valoriser et d’enrichir ce patrimoine photographique. Surtout que je peux le manipuler à loisir : Jean-Paul Métailié, directeur de recherche au laboratoire GEODE de Toulouse, a eu la gentillesse de me prêter ses très nombreuses reproductions des clichés de la RTM. Son prêt recèle aussi un ajout inestimable : depuis les années 1980, Jean-Paul s’est glissé dans les pas des forestiers de la RTM pour reprendre lui aussi les photos à partir du même point de vue. Comment ne pas saliver quand on tient dans sa main la même vue à un siècle d’intervalle ? Il faut donc en faire quelque chose, et en profiter pour que ce quelque chose :

  • soit utile au plus grand nombre, c’est-à-dire aille vers ces amoureux du passé et de la nature ;
  • que ces mêmes amoureux puissent contribuer à enrichir ce projet, en annotant les légendes des photographies et en proposant leurs propres clichés ;
  • que l’ensemble participe à l’étude de l’environnement montagnard, dans le droit fil des Digital Environmental Humanities.

Ainsi posé, le projet doit beaucoup au magnifique objet qu’est PhotoNormandie sur Flickr. Il s’en démarque néanmoins sur quelques points : je souhaite diffuser largement les photos sur Facebook (ce que le projet précédent fait déjà) et sur Twitter, notamment pour toucher au plus près les communautés de randonneurs. Puis, à terme, il s’agira de communiquer directement par les réseaux de l’ONF. Enfin, dernier impératif, le projet doit rester un plaisir simple et joyeux : il ne doit surtout pas être chronophage et s’effectuer au coup par coup, selon mon humeur et mon envie !


Pour suivre l’avancement du projet, je vous propose :

Crédits image à la Une : photographie RTM du fonds personnel de Jean-Paul Métailié


Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne sur la forêt, ingénieur de recherche indépendant en humanités numériques et rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Je blogue sur http://dighistory.hypotheses.org (l'histoire numérique) et sur https://foret.hypotheses.org/ (la forêt & l'environnement). Et je tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.