(R)Éditer des lettres déjà publiées au XIXe siècle

Le travail sur l’édition des lettres de Froidour est à présent entamé. En le lançant, je n’ai guère réfléchi à l’organisation du projet : j’ai essentiellement été porté par le désir de retravailler en historien après de trop longs mois passés hors du giron de Clio. Forcément, le travail est un brin désordonné : alors que j’ai entamé la transcription, l’aspect lassant de l’exercice m’a donné envie de commencer l’introduction scientifique. Or, je n’ai pas pensé à prendre un exemple de publication de manuscrit pouvant me servir de maître-étalon, comme le Journalier de Jean Pussot maître-charpentier à Reims édité par Jérôme Buridant. Jour férié oblige, je suis donc contraint de ronger mon frein1. J’en profite pour brider mon enthousiasme et structurer mon projet en replaçant ces lettres de le contexte de leurs publications antérieures.

J’ai choisi de commencer ce travail par les lettres que Louis de Froidour a adressé à Mrs. de Medon et de Héricourt lors de la Grande Réformation. Dressons en brièvement le portrait : il ne s’agit pas des lettres originelles, mais de leur copie dans un manuscrit initialement conservé dans la bibliothèque personnelle de l’auteur. Il est à présent conservé à la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine de Toulouse sous la cote Rés MS C 643. La recopie est de la main de son secrétaire. Tant mieux : quiconque a déjà eu affaire à l’écriture de Louis de Froidour ne saurait s’en réjouir, tant l’auteur possède une graphie souvent illisible. Celle-ci est rejetée à la marge du manuscrit, lorsque Louis de Froidour annote, modifie, rature les phrases. La correspondance est exclusivement active : il n’y a aucune réponse des destinataires. Il y a tout de même de quoi faire : le manuscrit comporte 493 pages et je n’en suis qu’à la transcription de la page 32. De longues semaines vont être nécessaires pour en venir à bout.

Heureusement, je dispose de plusieurs transcriptions des lettres de Froidour pour m’aider à déchiffrer ses gribouillis. Ernest Roschach – archiviste de la ville de Toulouse, correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres – les a éditées en 1866 sous forme de feuilleton dans l’Aigle, courrier du Midi. Il faut dire qu’en décrivant ses péripéties quotidiennes, les rencontres avec les habitants du cru, les paysages, les mœurs de ces sociétés, Louis de Froidour ouvre une fenêtre sur la vie pyrénéenne du XVIIe siècle :

J’ay vu aussy un acqueduc qui est dessoubs de la montagne de la Rize, et au dessoubs de Saint-Bertrand l’on m’a fait voir les restes d’un amphitheatre où l’on reconnoit encore les vestiges de quelques loges, et mesme l’on m’a fait voir de petits lieux voutez, lesquels par tradition on dit avoir servy pour la retraitte des bestes farouches que l’on faisoit voir au peuple dans cet amphiteatre. J’ay veu chez Barbasan dans le lieu de Baccabrere et mesme a Saint-Bertrand quantité de tombeaux de marbre, de niches d’idoles et autres curiositez que l’ont trouve dans cette plaine, tantost lorsqu’on laboure la terre, quelques fois lorsqu’on y fait des fossez et le plus souvent lorsqu’on jette les fondements de quelques maisons. Et ces tombeaux servent à tout ce que vous pouvez imaginer; les uns en font des bacs pour y mettre de l’eau et pour recevoir des esgoux ; d’autres s’en servent pour y serrer de la vendange ; d’autres en font des auges a cochons, et Barbasan entr’autres m’a dit qu’il en avoit trois ou quatre dont l’un luy servoit de salloir2.

Pour une opinion savante fascinée par les découvertes d’Alexandre du Mège, ces lettres sont passionnantes. L’intérêt porté à ces écrits ne faiblit pas, au point de les faire rééditer intégralement dans la Revue de Gascogne entre 1897 et 1899, partiellement dans les Annales de la Société Ariégeoise, et la Revue de Comminges. Déclamées au concours des jeux floraux de Toulouse, elle offrent à Paul de Castéran une églantine d’argent. Il en publie alors la correspondance dotée d’un fort appareil critique, ce qui achève de les populariser. Ce sont ces deux édition, cette dernière et celle issue de la Revue de Gascogne, qui m’accompagnent dans mon travail. L’imposant appareil critique dont elles sont dotées donne matière à réfléchir. S’il n’entre pas dans mon projet de faire un exercice d’érudition comme au XIXe siècle, comment tirer profit de ces ajouts ? Lesquels garder, lesquels supprimer ? Autant de questions qui vont structurer à l’avenir mon travail éditorial.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Geralt et crédits image d’entrée : CC Pixabay OpenClipart-Vectors

  1. Ce n’est qu’en écrivant ce billet que j’ai pensé à aller faire un tour sur Google Books, où j’ai trouvé ledit ouvrage disponoble…. []
  2. CASTÉRAN Paul de, Lettres écrites par M. de Froidour, grand maître enquêteur et général informateur des Eaux et Forêts au département de la grande maîtrise de Languedoc à M. de Hericourt, son procureur général à Toulouse et à M. de Medon, conseiller au présidial de Toulouse, publiées avec des notes par M. Paul de Casteran, Auch, Imprimerie et lithographie G. Foix, 1899, p. 140 []

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne sur la forêt, ingénieur de recherche indépendant en humanités numériques et rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Je blogue sur http://dighistory.hypotheses.org (l'histoire numérique) et sur https://foret.hypotheses.org/ (la forêt & l'environnement). Et je tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.